Les déchets verts, les détritus biogéniques, la biomasse – ces trois termes recouvrent toutes les matières organiques fournies par le jardin et la cuisine qui peuvent être collectées et parfaitement recyclées au sein d’un circuit fermé. Par exemple sous forme de biogaz ou de compost. PETflash a jeté un coup d’oeil chez Weiherhus Kompost AG à Blatten/LU.

Il suffit de plonger la main dans les déchets verts qui viennent d’être livrés pour saisir le problème principal lors de la valorisation: «Le plastique, explique Jonas Meierhans, chef d’exploitation de Weiherhus Kompost AG à Blatten/LU, est particulièrement néfaste pour le cycle de recyclage, parce qu’il est pratiquement impossible à retirer une fois dans le circuit.» Pourtant, l’entreprise fait tout ce qu’elle peut pour éliminer la totalité des matières  étrangères dès le premier tri. À la main d’abord, ce que Jonas Meierhans estime un travail très pénible pour ses collaborateurs en raison des odeurs nauséabondes qui se dégagent des déchets verts. «Des équipes de trois à quatre personnes se relaient toutes les trois heures au maximum à se pencher sur ruban du transporteur pour retirer tout ce qui ne fait pas partie des déchets verts. Il est toutefois impossible d’éliminer toutes les matières  étrangères. Un coup d’oeil jeté dans le «musée» interne suffit pour découvrir tout ce qui est amené avec les déchets verts en plus du plastique:  «Notamment des outils de jardinage, des couverts, mais aussi des objets plus grands tels que des machines à café, un landau et, malheureusement, au début des vacances d’été, des animaux de compagnie morts ou vivants encore que nous confions alors à un zoo situé à proximité.»

Courant électrique, chauffage à distance et compost

Après le tri manuel, les déchets verts passent dans un broyeur servant à affiner encore la matière. Les grosses pièces retirées de la bande de transport et la matière fine sont transportées dans l’installation de biogaz. «Ici, on ajoute du purin que nous livrent les paysans locaux pour tirer un maximum de la biomasse sur le plan énergétique, » explique Jonas Meierhans. Le biogaz permet de faire tourner deux moteurs qui génèrent environ 3,5 millions de kWh alimentant le réseau local. À l’instar du courant électrique fourni par les 10'000 mètres carrés de panneaux solaires recouvrant l’ensemble du toit. «Par ailleurs, nous exploitons la chaleur dégagée pour chauffer quelques hameaux des environs ainsi que l’église toute proche.»

2017 PET-Recycling Schweiz PETflash64 Jonas Meierhans gross
Depuis les outils de jardinage jusqu'à la machine à café: Jonas Meierhans présente le «musée» des matières étrangères.

Après le transit par l’installation de biogaz, le purin enrichi est retiré du circuit et rendu aux agriculteurs. «La matière qui reste maintenant est  soumise six mois durant au processus dit de pourrissage. Elle est stockée à 80 °C et à une hygrométrie de 100 % et nous la brassons deux fois.» Pour finir cette matière est tamisée à plusieurs reprises «avant que le produit recyclé, un compost de jardin d’excellente qualité ne soit mis en vente et rejoigne les plates-bandes, le gazon et les pots de fleurs sur le balcon, la boucle est ainsi bouclée.»

Plus d’infos concernant Weiherhus: www.weiherhus.ch

Tout ce qu’il faut savoir des déchets verts: www.biomassesuisse.ch

2017 PET-Recycling Schweiz PETflash64 Plastikteile im Kompost gross
Même à la fin du processus, on retrouve encore du plastique dans le compost.

«Toni Grün» donne le bon exemple

Afin d’attirer l’attention de la population sur le thème des matières étrangères dans les déchets verts et sur le précieux circuit de son recyclage,  l’Association communale Recycling Entsorgung Abwasser Luzern (REAL) organise d’ici à octobre une vaste campagne vouée aux déchets verts avec de nombreuses manifestations. Toni Grün est le visage de la campagne. En 2016, l’association a collecté environ 22’000 tonnes de déchets verts dans le secteur comptant 22 communes et 224’000 habitants. Pour Yudi Seren, responsable du marketing et des relations publiques de REAL, il est important d’insister toujours à nouveau sur la thématique des matières étrangères: «Il est vrai que nos chiffres sont relativement constants, mais nous voulons continuer de faire baisser la proportion des matières étrangères – notamment en ce qui concerne le plastique.» Plus les déchets verts fournis pour valorisation sont «propres», plus le processus est simple et économique et meilleure est la qualité du compost. Ceci permet donc aussi de fermer le circuit écologique des déchets verts de manière durable et écofavorable.

Informations complémentaires: www.real-grüngut.ch


*Qu’est-ce qui rend «Toni grün» heureux?

Les déchets de cuisine et de jardinage, le marc de café, les feuilles de thé, les fleurs, les plantes, les sapins de Noël, les branches, les rameaux, les  racines, le gazon tondu, les feuilles, etc.

Quand «Toni grün» voit-il rouge?

Face à des restes alimentaires, de la litière pour chat, des cacas de chien, des cendres, des sacs en plastique, des emballages, des capsules de café, des médicaments, du verre, du PET, des piles et batteries, du métal, de l’aluminium, des pierres, des cadavres d’animaux, des pots, des cartons, du sable, etc.

www.real-luzern.ch/gruengut.html