Pascal Simonetto dirige depuis un an l’agence romande de PET-Recycling Schweiz. La présente interview est pour lui l’occasion de retracer ces 12 premiers mois et de révéler quelques surprises.

Monsieur Simonetto, vous êtes depuis un an à la tête de l’agence romande de PET-Recycling Schweiz. Quels sont les jalons qui ont marqué l’année passée?

Pascal Simonetto: L’année passée a été passionnante. Le quotidien est rempli de nouvelles expériences et de nombreux défis, ce qui est très enrichissant. Il s’agit d’un tout nouveau secteur, avec des «produits» tout à fait différents de ceux dont j’avais la charge auparavant. J’ai eu pour mission principale de prendre en main ma nouvelle équipe, l’agence en Romandie ainsi que la gestion de toutes les opérations.

Qu’est-ce qui vous a surpris en particulier durant cette période?

Ce qui se passe derrière les coulisses du circuit du PET. Ne serait-ce par exemple qu’au niveau de toutes les opérations qu’implique le tri des matériaux collectés. Découvrir que les bouteilles à boissons en PET usagées peuvent être transformées en matériau recyclé et propre qui, à son tour, est transformé en nouvelles bouteilles en PET me fascine. De nombreuses personnes sont chaque jour à pied d’oeuvre afin que nous puissions atteindre notre objectif de qualité. Je suis très reconnaissant de cet engagement.

Qu’est-ce qui a changé en Suisse romande l’année passée?

Mon prédécesseur Jean-François Marty m’a appris beaucoup de choses et j’ai pris la relève d’une agence parfaitement organisée. J’en ai profité pour procéder à quelques ajustements et déléguer plus de tâches à mon équipe.

Il y a un an, votre prédécesseur Jean-François Marty a insisté sur l’importance du travail en réseau, en particulier au niveau de la logistique. Est-ce que vous avez poursuivi les efforts dans ce sens?

Absolument. Dans la logistique et dans notre branche, tout le monde se connaît. C’est pourquoi j’apprécie le contact direct et fréquent avec nos partenaires, car il est possible ainsi d’aborder ensemble la résolution des problèmes et de saisir les opportunités qui s’offrent.

Quels sont les plus importants défis pour vous en Romandie?

Il s’agit essentiellement des mêmes enjeux que pour toute la Suisse. En Romandie aussi, nous nous battons pour la qualité des matériaux collectés. Bien sûr, chez nous aussi, il existe des différences au niveau régional, la qualité étant meilleure ou nettement moindre selon le lieu de collecte. Mon expérience à ce sujet m’a montré toutefois qu’à ce niveau aussi le contact personnel avec une commune est un levier essentiel pour trouver des solutions.

Quels sont vos objectifs pour l’année à venir en Suisse occidentale?

La priorité est clairement donnée à l’amélioration de la qualité des produits collectés. Ceci nécessite aussi, entre autres, des échanges soutenus avec les responsables des points de collecte. Que notre campagne nationale ait trouvé un très bon écho en Romandie est pour moi un point positif. Combien de fois avons-nous pu constater les idées fausses que beaucoup de personnes ont à l’égard de la collecte du PET. De nos jours encore, les consommateurs restent nombreux à ignorer la différence qui existe entre une bouteille à boissons en PET et une barquette à légumes en PET. Nous poursuivrons notre mission d’information à l’avenir aussi!

Pascal Simonetto, responsable de l’agence romande de PET-Recycling Schweiz
Depuis un an, Pascal Simonetto est responsable de l’agence romande de PET-Recycling Schweiz.