Substances contenues dans les bouteilles à boissons en PET

Les matières étrangères présentes dans les denrées alimentaires et les eaux potables provoquent souvent des controverses. En sa qualité d'organisation de collecte, PET-Recycling Schweiz observe cette thématique avec attention. De manière générale, la détectabilité d’une substance ne détermine en rien le risque qu’elle présente pour la santé. Concernant le danger potentiel pour les individus, la présence de substances en concentrations inférieures à un microgramme ou nanogramme est toutefois parfaitement négligeable dans la majorité des cas. Ce n'est pas parce qu'une substance a été décelée qu'elle est forcément nocive pour la santé. En effet, c'est la quantité qui est déterminante!
En Suisse, les eaux minérales et les denrées alimentaires sont soumises à des directives légales. Le respect des valeurs limites définies est strictement contrôlé par l’OFSP.

Acétaldéhyde (AA)

L’acétaldéhyde peut se former dans les bouteilles en PET pendant la fabrication et le stockage. La valeur limite de migration est de 6 mg/kg en Suisse et en Europe. Les valeurs décelées à ce jour étaient nettement inférieures aux directives légales.

Antimoine

Le risque d’une consommation de quantités importantes d’eau contenant de l’antimoine est jugé minime par l’OFSP, qui en conclut que: «Le risque pour la santé dû à la migration d’antimoine de l’emballage en PET dans l’eau minérale est de ce fait négligeable.»

Benzène

Le benzène est un composé hydrocarboné chimique organique. Il est naturellement présent dans le pétrole, le gaz naturel et la houille, et se produit lors du processus de combustion. Normalement, on absorbe le benzène par l'air ambiant (émissions de voitures et de chauffage ainsi que fumée du tabac). En raison d'une large diffusion, des traces de benzène sont souvent présentes dans l'eau et les aliments. Les risques pour la santé liés à la consommation d'eaux minérales sont estimées extrêmement faibles.

Bisphénol-A (BPA)

Le bisphénol-A (BPA) est une substance synthétique utilisée pour la fabrication de diverses matières synthétiques en polycarbonate et résines artificielles. Aucun bisphénol-A n’est utilisé pour la fabrication des bouteilles en PET.

Nanotechnologies

Le terme nanotechnologie regroupe une multitude de technologies et de matériaux qui se trouvent tous à l'échelle nanométrique (1 nanomètre = 1 milliardième de mètre). Actuellement, les nanotechnologies sont surtout utilisées dans les produits cosmétiques, les vernis, les peintures, les emballages pour les denrées alimentaires et dans les textiles. A ce jour, toutes les études relatives aux nanomatériaux dans les emballages pour les denrées alimentaires et dans les textiles contenant une part de PET ont conclu que l'on pouvait largement exclure la pénétration de nanoparticules dans les denrées alimentaires ou les êtres humains.

Perturbateurs endocriniens et activités œstrogéniques

Dans le cadre d’une étude d’envergure, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a montré que les activités œstrogéniques minimales mesurées dans les eaux minérales vendues en Suisse ne présentaient pas de risque pour la santé. Aucune différence n’a pu être démontrée entre les eaux minérales conditionnées en bouteilles en PET ou en verre. La raison est que les substances actives sur le système endocrinien parviennent dans l'eau par d'autres canaux. En effet, aucune substance active sur le système endocrinien, ni de plastifiant ne sont utilisés pour la fabrication des bouteilles à boissons en PET.

Informations sur l'étude

Uranium

L'uranium est un élément naturellement présent sur Terre et est répandu dans les minerais et les minéraux ainsi que dans l'eau, le sol et l'air. L'uranium peut parvenir dans les aliments soit par un processus naturel, soit par l'action humaine. Etant donné que l'uranium est soluble, la teneur en uranium dans l'eau est déterminée par l'origine de la substance et n'a aucun rapport avec l'emballage pour les denrées alimentaires.