Un taureau reproducteur pour l’environnement

Un taureau reproducteur pour l’environnement

La fête fédérale de lutte est LA grande manifestation de Suisse. Une première: les organisateurs à Zoug feront en sorte que la manifestation atteigne un bilan carbone neutre.

Pour l’heure, Zoug respire encore la tranquillité. Au plus tard le 24 août à 8 heures du matin, lorsque les lutteurs enfileront leur culotte pour une première manche, tous les projecteurs du monde sportif suisse seront braqués sur la ville de Zoug, dite aussi «Kolinstadt »*. Ils seront quelque 300’000 visiteurs en ce week-end à affluer en Suisse centrale comme spectateurs de la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres (FFLS), faisant ainsi de Zoug la troisième grande ville suisse durant deux jours.

Afin de faire face à cet afflux, le comité d’organisation travaille depuis 2015 à la préparation de cette manifestation monstre, sous la direction de Heinz Tännler. Le comité s’est fixé pour objectif que la Fête fédérale de la lutte soit la plus durable jamais réalisée. Andreas Lustenberger, directeur du service durabilité, est tout feu tout flamme lorsqu’il évoque les mesures initiées: «Notre électricité est cent pour cent d’origine durable. Calculée en collaboration avec la fondation «myclimate», notre empreinte écologique est complètement compensée. Nous sommes fiers de savoir que Zoug abritera la première manifestation fédérale à bilan carbone neutre.»

Éviter comme première étape

Lorsque l’on étudie les chiffres de la dernière manifestation fédérale à Estavayer- le-Lac, on comprend pourquoi le comité d’organisation accorde une telle importance à l’écologie: à l’époque, chaque visiteur de la fête, qui en comptait 280’000, avait laissé derrière lui 525 grammes de déchets. À Zoug, on compte avec un quart de moins.

À cette fin, il est question d’appliquer à fond la stratégie éprouvée qui consiste à « éviter, réduire, valoriser». C’est ainsi qu’il a été convenu avec les sponsors de renoncer, dans la mesure du possible, à distribuer partout des échantillons gratuits. Les sponsors seront en outre tenus de financer une partie des coûts pour éliminer les échantillons gratuits. La stratégie d’évitement sera, elle aussi, appliquée pour nos propres produits. Cette année, il n’y aura donc qu’un mini- guide de la fête au lieu du guide volumineux habituel. Cela équivaut à 18 tonnes de papier économisées.

Le taureau vainqueur «Kolin» attend de retrouver son nouveau propriétaire.
Le taureau vainqueur «Kolin» attend de retrouver son nouveau propriétaire.

Consommation de quantités gargantuesques

Si la météo joue le jeu, les fans de la lutte boiront 250’000 litres de bière, 220'000 litres d’eau, 110’000 litres de boissons sucrées, 45’000 litres de jus de fruit, 16’000 litres de vin et 6000 litres d’eau-de-vie, et consommeront 62’000 saucisses, 14’000 poulets et 8 tonnes d’autres viandes. Une bonne affaire pour les exploitants des stands, mais un véritable casse-tête pour les gestionnaires de déchets.

En vue de réduire le volume des déchets, on a dans un premier temps introduit un système de consigne pour les bouteilles de bière. Ce système a pour particularité que les consignes jouent un rôle dans le financement du fonds de durabilité de la FFLS. «Chaque franc non récupéré pour la consigne alimente le fonds. Cette mesure permet de financer la compensation CO2 et divers projets environnementaux dans la région de Zoug», explique Andreas Lustenberger. «En renonçant à la consigne, les fans de lutte soutiennent ainsi la protection de l’environnement.»

Les déchets inévitables seront, dans la mesure du possible, recyclés. Sur le terrain, il y aura des récipients de collecte séparée selon qu’il s’agit de boissons, d’aluminium, de verre ou de papier. Les matériaux valorisables peuvent ainsi être réintroduits dans le cycle. Les bâches publicitaires sont elles aussi réutilisées. Après la fête, on en fait des sacs à main et autres articles. Et même la sciure de bois, qui totalise tout compte fait 90 tonnes, est réutilisée sous forme de biogaz ou pour le chauffage urbain.

La fête fédérale de lutte de Zoug fera donc date dans le domaine de l’écologie. Ou encore, comme le formule Andreas Lustenberger: «En tant qu’organisateurs, nous avons une grande responsabilité envers la région. Car ce ne sont pas des montagnes de déchets, mais la bonne ambiance et le sport qui doivent s’inscrire dans nos mémoires.» Heinz Tännler, président du comité d’organisation de la FFLS 2019, ajoute: «La fête de lutte au bilan carbone neutre constitue notre contribution à l’objectif 2000 watts de Zoug.»

* Nommée ainsi d'après le héros de guerre Peter Kolin qui, lors d'une bataille en 1422, a sauvé le drapeau de Zoug.