«Le phénomène du littering est en recul»

Pour la cinquième fois déjà, l’IGSU (CI pour un monde propre) a conduit auprès de la population suisse une enquête sur le littering. Et pour la quatrième fois consécutive, les sondés ont indiqué que la situation du littering s’améliorait. Interview avec Nora Steimer, directrice de l’IGSU.

PETflash: Madame Steimer, on n’arrête pas d’entendre et de lire qu’en Suisse on jette trop, et cela sans vergogne. Autrement dit, le littering se généralise. Votre récente enquête révèle cependant une image plus contrastée. Qu’en est-il au juste du problème du littering en Suisse?

Nora Steimer: Le littering fait certes toujours partie du paysage, mais les résultats de la toute nouvelle enquête de l’IGSU et les chiffres des mesures réalisées par l’IGSU en Suisse montrent que le littering est en léger recul. Pour la quatrième année consécutive, la population suisse a l’impression que le littering recule. En plus, les gens sont moins irrités. Les villes et communes suisses aussi enregistrent une légère amélioration. Cette évolution positive est le résultat d’un travail continu de sensibilisation et d’un maillage serré de l’infrastructure de collecte.

Quels sont à votre sens les principaux défis du littering?

Comme dans beaucoup d’autres pays, la population augmente aussi chez nous, notre consommation itinérante s’accroît, et nous privilégions les activités en plein air. Or les mentalités ne peuvent pas changer du jour au lendemain. Afin de conserver la maîtrise de la situation, il nous faut impérativement poursuivre les mesures contre le littering. Nous sommes convaincus qu’une sensibilisation sans relâche nous permettra de modifier durablement les comportements dans l’élimination des déchets, pour arriver, à terme, à une Suisse propre et sans littering.

Contre le littering et pour un environnement propre: Nora Steimer, directrice de l’IGSU
Contre le littering et pour un environnement propre: Nora Steimer, directrice de l’IGSU

Quelles sont les mesures de l’IGSU cette année?

Nous poursuivons nos mesures efficaces contre le littering pour avoir un impact sur le long terme. Parmi celles-ci, on compte les entretiens directs que conduisent les équipes d’ambassadeurs avec les piétons dans l’espace public, nos ateliers scolaires et le Clean-Up-Day national, qui fait appel à la responsabilité de chacun. 2020 sera aussi l’année des parrainages de sites où des personnes se chargent de débarrasser un secteur donné de ses déchets. Nous désirons poursuivre le développement de ces actions.


Enquête sur le littering 2019

L’enquête a porté sur 5209 piétonnes et piétons dans 36 villes et communes. Trois principales conclusions:

  • Sur les sites sondés, le littering est évalué comme correspondant à un taux moyen de 1,87, ce qui correspond à un niveau «plutôt faible». Seuls 7,3 pour cent des personnes interrogées ont indiqué que le littering était «plutôt élevé» ou «élevé».
  • Quelque 70 pour cent des sondés estiment que le site de l’enquête est aujourd’hui aussi propre que l’année passée. 20 pour cent constatent une amélioration, 10 une aggravation.
  • En Suisse alémanique, l’ampleur du littering sur place s’est amélioré par rapport à l’enquête de 2015, passant de 2,3 à 1,7 (= «plutôt faible»). En Romandie et au Tessin, la situation du littering s’est améliorée.